A unique "revue" for a unique place (français, anglais)

Randonnée et pique-nique

La Roche d'Ajoux

En plus d’être un espace de visite sur les terroirs du Beaujolais, la Maison du Terroir Beaujolais dispose d’une boutique, véritable vitrine du territoire, avec une centaine de produits d’artisans et de producteurs locaux. Vins de chaque appellation, fromages et charcuteries du terroir, miel et bientôt des répliques géologiques gourmandes,
vous permettront de composer un délicieux pique-nique 100% Beaujolais.
Vous pourrez également trouver le livre illustré « Histoires de Pierres, chroniques géologiques du Beaujolais » pour découvrir 500 millions d’années sous vos pieds.

Culminant à 970 mètres d’altitude, ce lieu fait partie des points les plus élevés du département. Le site se présente sous la forme d’un pointement rocheux, qui domine la forêt en contrebas ; la vue depuis ce belvédère naturel y est alors bien dégagée sur les paysages environnants de la Haute-Azergues. De nombreuses légendes persistent autour de ce lieu, aussi appelé Table des Fées, notamment liées à l’incontournable Gargantua.
Mais au-delà du folklore local, la présence de ces pointements et amas rocheux que l’on retrouve en plusieurs endroits sur la montagne (à proximité de la Roche d’Ajoux se trouvent la Roche Corneille et la Roche à Branches) s’expliquent par un contexte géologique et géomorphologique particulier. Ils sont tous composés d’une roche volcanique formée il y a environ 330 millions d’années. Le contexte de l’époque était celui d’une collision entre deux continents, les mouvements internes de la Terre ont alors conduit à l’expulsion d’énormes quantités de magma via des éruptions volcaniques. Les volcans de l’époque ont aujourd’hui totalement disparu du paysage mais cette roche volcanique appelée « tuf commun » témoigne d’une intense activité avec d’importants dépôts de blocs, cendres et laves qui se sont ensuite consolidés et soudés ensemble. Les observations sur la composition de la roche montrent une roche noire à petits cristaux blancs.
Divers processus ont pu conduire à leur façonnement sous la forme de pointements rocheux. Tout d’abord, si l’ensemble du dépôt volcanique est vaste, il existe des différences locales dans la résistance des roches à l’érosion. A ces différents endroits, la présence de noyaux plus durs (pâte cristalline compacte) et peu fracturés peuvent expliquer l’isolement des ces roches dans le paysage.
Le positionnement de ces noyaux durs, toujours localisé à l’amorce de pentes plus ou moins importantes, a pu accentuer les processus d’érosion et le dégagement progressif de ceux-ci. Enfin, la forme particulière de chaos rocheux qu’il est possible de trouver au pied de ces roches peut s’expliquer par les actions du climat. Conjuguées aux effets de pente, celles-ci ont participé au déchaussement des différentes roches et à leur transfert parfois important en aval.
Les phénomènes glaciaires et périglaciaires au cours de périodes plus froides de l’histoire géologique récente ont sans aucun doute contribué à parachever ces formes de relief.

fr_FRFrançais