A unique "revue" for a unique place (français, anglais)

Par Monts et par Mots

Le rêve d'Icare en Beaujolais

L’envie de s’élever dans les airs et voler comme les oiseaux est aussi ancienne que l’humanité. En Beaujolais on caresse ce rêve depuis longtemps mais on se heurte comme ailleurs aux exigences de l’apesanteur. Il faut attendre les formidables progrès technologiques de la fin du 19e siècle pour que le rêve d’Icare devienne réalité. Le Rhône est un foyer de brillants inventeurs. Gabriel Voisin, né à Belleville, commence à concevoir avec son frère Charles, ses premiers prototypes. Villefranche, où l’industrie mécanique a pris depuis la fin du 19e siècle un formidable essor, n’est pas en reste. Victor Vermorel, qui figure parmi ces pionniers, engage en 1906 un jeune et brillant ingénieur lyonnais, Claudius Givaudan, pour développer des moteurs pour sa nouvelle activité automobile. Il devient très vite complice d’Edouard Vermorel, le fils de Victor, également passionné par l’aviation naissante. Ils créent en 1909, avec quelques autres amateurs, la section beaujolaise de l’Aéroclub du Rhône, qui compte dès la première année plus de 180 membres. Son programme est des plus ambitieux : « promouvoir la navigation aérienne, sous toutes ses formes et dans toutes ses applications ». En 1909 et 1910, deux de ses membres, Claudius Givaudan et Antonin Proton conçoivent et fabriquent même leurs propres aéronefs dont les premiers essais dans les prairies du bord de Saône, même s’ils sont très encourageants, ne permettent pas encore de décoller. Un parc est spécialement aménagé à Villefranche dont l’inauguration, le 15 mai 1910, est l’occasion des premiers vols de ballons au milieu d’une foule nombreuse. Plusieurs manifestations et exhibitions vont se succéder jusqu’à la guerre en 1914 qui va malheureusement mettre un terme à ses activités. Pendant le conflit, plusieurs pilotes de la région vont se distinguer dans la bataille de l’air et bien souvent y laisser leur vie.

fr_FRFrançais